Revêtement de sol : 8 critères pour bien choisir son carrelage !

choix carrelage
Revêtement de sol : 8 critères pour bien choisir son carrelage !
4 (80%) 2 votes

Résistant, facile à vivre, hygiénique, le carrelage s’adapte à toutes les pièces. Rafraîchissant en été, il permet aussi l’installation d’un chauffage au sol. Pas étonnant, fort de toutes ces qualités, qu’il soit aujourd’hui plébiscité dans les intérieurs ! Les industriels, d’ailleurs, mettent les bouchées doubles côté offre… Et c’est une multitude de matériaux, de tailles, de coloris, de qualités qui s’offrent à vous. Un vrai casse-tête, en vérité, d’autant que faire le choix d’un carrelage comme revêtement de sol s’avère relativement engageant : vous l’aurez certainement sous les yeux pendant 10, voire 20 ans !

Impensable, donc, de vous tromper. Si le look de vos carreaux entrera nécessairement en ligne de compte, il ne doit pas être votre unique critère. Besoin d’aide pour y voir clair ? Voici les 8 points à considérer pour trouver le carrelage idéal.

Quel matériau ?

Premier élément à intégrer dans le choix de votre carrelage : le matériau. Celui-ci dépendra non seulement de l’esthétique recherchée, mais aussi du type de pièce et de l’étage concerné. Votre carrelage sera-t-il exposé à l’humidité, sujet aux tâches, soumis à un fort passage ?

exemple de carrelage terre cuite sprint.co

Carrelage terre cuite – Copyright © 2015 sprint.co

Faisons simple. Il existe globalement 3 familles de matériaux avec, chacune, ses avantages et ses inconvénients :

  • La terre cuite (argile cuit, tomettes, carreaux de ciment, etc.) : Écologiques et robustes, les carreaux de terre cuite se patinent néanmoins avec le temps et requièrent un entretien particulier.
  • La pierre naturelle travaillée (ardoise, granit, marbre, etc.) : Résistant à l’eau (à quelques exceptions près – la pierre blanche naturelle par exemple), elle est surtout très robuste et se prête à merveille aux pièces à fort passage. Ses inconvénients : relativement froide au toucher, elle s’avère aussi assez chère et peut, en raison de son poids, ne pas être recommandée dans un appartement ou à l’étage. Attention : choisissez-la imperméabilisée et traitée antitaches !
  • La céramique (grès cérame pleine masse, grès émaillé, grès cérame émaillé, mosaïque, faïence, etc.) : Si vous pouvez envisager de poser un carrelage en grès cérame pleine masse dans n’importe quelle pièce (voire un grès cérame émaillé), il n’en est pas de même pour du grès émaillé. Le premier, imperméable et robuste, présente également une très faible porosité : à lui notamment, les pièces humides et/ou très fréquentées ! Le carrelage salle de bain par excellence… Le second, plus sensible aux chocs, doit être réservé aux pièces avec peu de risques de chutes d’objets durs : une bibliothèque peut-être… mais en tout cas, exit la cuisine ! La faïence, très fragile, est plutôt réservée à une pose murale. Quoi qu’il en soit, si vous cherchez un carrelage facile à entretenir, la céramique fait parfaitement l’affaire, d’autant que ce matériau résiste bien aux produits chimiques.

obtenez 5 devis de constructeurs

Côté couleur

Se pose ensuite, inévitablement, la question de la couleur. Une question de goûts personnels, ici, qu’il ne faut toutefois pas envisager à la légère.

salle de bain avec carrelage céramique

Carrelage céramique – Copyright ©archiexpo.fr

Quelques pistes de réflexion :

  • Pensez le long terme ! Car un carrelage, ça ne se change pas tous les 4 matins. Si vous cherchez l’originalité, ce n’est donc pas ici qu’il faut sévir : que ce soit pour vous dans 10 ans ou à la revente, vous avez tout à perdre à carreler en vert pomme votre cuisine. Faites aussi la chasse aux effets de mode pour vous concentrer sur un coloris neutre et intemporel, capable aussi de s’accorder avec d’éventuelles évolutions du reste de votre déco.
  • Considérez la taille de votre pièce. Gardez à l’esprit qu’un coloris sombre, s’il mettra bien en valeur meubles et objets, aura tendance à rétrécir visuellement l’espace, tandis que du clair l’agrandira.
  • Observez la luminosité. Votre salle à manger mériterait un peu plus de clarté ? Éliminez d’emblée l’option gris anthracite, certes très élégant, mais absorbant bien trop de lumière. Un beige clair ou un blanc sera au contraire du plus bel effet.
  • Et l’entretien ? Si beaucoup considèrent le blanc comme bien trop salissant, certains professionnels font toutefois remarquer qu’un sol foncé fait quant à lui ressortir les traces de calcaire. L’idéal se trouve certainement entre les deux… Si la facilité d’entretien est l’un de vos critères, évincez en tout cas le carrelage noir : lui, au moins, met tout le monde d’accord sur son caractère salissant !

A lire : Sol terrasse – 10 idées de revêtement !

La taille de vos carreaux

Esthétique toujours : la taille de vos carreaux. Si vous pouvez en trouver de toutes dimensions, la tendance est clairement au carrelage grand format et ce, qu’il s’agisse d’une grande ou d’une petite pièce ! Grand format ? On entend par là les 60×60 cm et plus (pour n’évoquer que les carrés). Magnifiquement contemporaines, ces tailles apportent aussi élégance et légèreté à vos pièces grâce au nombre réduit de lignes de joints. Mais attention : la pose de ce type de carrelage nécessite d’être irréprochable, et vous gagnerez à vous rapprocher d’un professionnel !

Vous préférez l’ambiance petits carreaux ? Optez pour du 10×10 ou du 20×20 qui, avec la mode des carreaux de ciment, reviennent d’ailleurs en force.

Pour une rupture géométrique, vous pouvez aussi mixer les formats en associant, par exemple, du 30×60 avec du 60×60 et du 10×60. Une idée encore : pour délimiter les espaces tout en conservant une harmonie de style, jouez avec la taille des carreaux : cuisine en 20×20 ouverte sur la salle à manger en 60×60… mais coloris identique.

carrelage chambre salle de bain

Carrelage en pierre naturelle – Crédit photo magasin-de-mosaic-paris.fr

La forme de vos carreaux

La taille est une chose… mais son choix dépend aussi de la forme. Là encore, les fabricants vous placent devant une infinité de possibilités. Si les carreaux sont, le plus souvent, carrés ou rectangulaires, il en existe aussi en formes de losanges, d’hexagones, d’octogones voire d’écailles de poisson. Tout est affaire de goûts… et de patience ou de budget pour la pose !

Une imitation de texture ?

Vous rêvez d’ardoise au sol ? Sa pose est bien délicate… Vous auriez aimé du parquet dans votre salle de bain ? Mais vous avez peur de l’humidité…

Heureusement, une petite révolution a eu lieu ces dernières années : pour un revêtement de sol esthétique et pratique (à poser et à vivre) sans se révéler trop onéreux, vous pouvez désormais vous tourner vers du carrelage imitation parquet, carreaux de ciment, pierre, béton, voire métal, papier peint ou cuir.

Le carrelage version parquet existe d’ailleurs maintenant en format lames, de plus en plus ressemblant à un parquet véritable avec ses nœuds et autres nervures, que vous pourrez sans vergogne poser en chevron !

Les normes de résistance du carrelage

Conseil d’importance : faites très attention à la qualité du produit que vous choisissez ! Différentes normes existent pour vous y aider :

  • Norme PEI (norme européenne) : elle correspond à la résistance à l’abrasion des carreaux émaillés. D’elle découle le niveau de passage toléré par votre revêtement. Entre passage modéré (PEI II, pour salle de bain par exemple) et passage intensif (PEI V, destiné plutôt aux halls d’immeubles), vous trouverez PEI III (passage normal) et PEI IV (passage important).
  • Classement UPEC (norme française) : il détermine la résistance à l’Usure, au Poinçonnement (chute d’objets, pieds de meubles, talons aiguilles…), à l’Eau et aux agents Chimiques. Plus l’indice (allant de 1 à 4) est élevé, meilleure est la résistance.
  • Échelle de MOHS : elle correspond à la résistance aux rayures du carrelage. De 1 à 4 = faible résistance ; 5 à 6 = résistance correcte ; 7 à 8 = bonne résistance ; 9 à 10 = très bonne résistance.
  • Classement A/B/C : il détermine la résistance à la glissance, pieds nus, du carrelage. Primordial dans une pièce d’eau ! A = adhérence moyenne ; B = adhérence élevée ; C = forte adhérence.

Carrelage fin ou épais ?

Si les étiquettes des produits mentionnent souvent l’épaisseur des carreaux, c’est parce qu’elle aussi peut être un critère de choix.

Si votre objectif est de recouvrir un sol sans créer trop de surépaisseur, optez pour un carreau extra-fin… et gardez à l’esprit que plus il sera épais, plus il sera facile à couper !

La résistance aux chocs d’un carrelage fin sera également moins élevée.

Quel prix pour votre carrelage ?

Type de carrelage Prix moyen TTC/m²
Céramique 15 à 130 €/m²
Pierre 45 à 250 €/m²
Mosaïque 15 à 80€/m²
Carreau de ciment 40 à 150€/m²

Le prix, enfin, entre quasi toujours en ligne de compte dans le choix d’un revêtement de sol ! Et comme souvent, les différences entre deux références peuvent s’avérer vertigineuses… Si un carrelage en céramique vous coûtera approximativement entre 15 et 130 € par m2, comptez 45 à 250 € pour de la pierre, 15 à 80 € pour de la mosaïque et 40 à 150 € pour du carreau de ciment.

Certains sites proposent, en ligne, d’importantes réductions, allant jusqu’à 80 % pour des références identiques à celles trouvées en magasin. Si vous acceptez de ne pas voir votre carrelage avant achat, un vrai bon plan !

obtenez 5 devis de constructeurs

Sommaire
Nom de l'article
Revêtement de sol : 8 critères pour bien choisir son carrelage !
Description
Comment bien choisir son carrelage : mode d'emploi. Quel matériau pour quelle pièce ? Quelles couleurs et tailles choisir ? Pour quel prix ?
Auteur
Nom du publieur
www.terrain-construction.com
Logo