Ramonage, débistrage… les 8 points d’entretien pour votre cheminée

cheminée et chien

Oh qu’elles sont belles, vos petites et grosses flambées d’hiver ! Qu’elles chauffent les pièces et réchauffent les cœurs ! Mais ces bons moments ne vont pas sans un minimum de contraintes, car qui dit cheminée, dit entretien… Côté sécurité, le ramonage, bien entendu, est inévitable. Le débistrage, parfois aussi. Cendres et suie se glissent également partout et en plus de votre conduit d’évacuation, c’est toute votre installation qu’il faudra nettoyer : vitre, cendrier, manteau, foyer/insert… Voici les 8 points à considérer de près, assortis de conseils, pour l’entretien de votre cheminée !

Garder sa vitre de cheminée transparente

Oh le beau feu ! Ses couleurs, la danse de ses flammes… Mais à travers une vitre noire de suie se perd ce sublime spectacle. Vous l’aurez compris : il faut, pour continuer d’en profiter, lui faire régulièrement retrouver sa transparence.

S’offrent dès lors à vous plusieurs solutions pour nettoyer votre vitre de cheminée :

  1. Utiliser votre décapant four fonctionne, bien sûr !
  2. Il existe aussi des produits spécifiquement étudiés pour le nettoyage des vitres de cheminée et autres poêles à bois.
  3. Plus écolo et moins onéreux : le mélange vinaigre blanc et sel fait parfaitement l’affaire.
  4. Et le must, tout-à-fait gratuit et non moins efficace : humidifiez du papier journal, appliquez dessus des cendres de votre cheminée qui agiront comme un abrasif, et frottez votre vitre. Rincez ensuite à l’eau chaude. Bluffant !

Votre nettoyage sera par ailleurs plus efficace si vous vous y attelez lorsque votre vitre est encore un peu tiède. Et pour les traces vraiment robustes, n’hésitez pas à utiliser une raclette !

Un petit truc de grand-mère, enfin, pour protéger votre vitre de l’apparition de nouvelles traces : à l’aide d’un chiffon, appliquez un peu d’huile de vaseline.

Nettoyer le foyer de sa cheminée

Le foyer de votre cheminée doit, lui aussi, être régulièrement nettoyé. Pour cela, 3 étapes :

  1. Utilisez pelle et balayette pour retirer la majeure partie des cendres après les avoir humidifiées pour les empêcher de voler, puis passez un coup d’aspirateur afin de faire place nette.
  2. Passez au nettoyage proprement dit : avec une brosse dure trempée dans un mélange eau chaude / détergent (ou, plus écolo, vinaigre blanc coupé à l’eau), frottez, frottez, frottez… Autre solution : du bicarbonate de soude.
  3. Rincez à l’eau claire afin qu’il n’y ait pas de résidus de produits, et essuyez.

Rattraper le manteau d’une cheminée

Les taches de suie, vous en retrouverez inévitablement sur le manteau (la finition décorative entourant votre foyer) de votre cheminée et ce, malgré vos précautions… Commencez bien sûr par éliminer le plus gros avec votre aspirateur. Pour les résidus tenaces, il existe, c’est vrai, des produits dédiés au nettoyage des pierres et autres briques de cheminée.

Mais vous pouvez aussi tester les méthodes ci-après, parfois plus écologique et souvent moins chères :

  • Manteau en pierres : le bicarbonate de soude leur rend leur pureté. Autre méthode radicale : nettoyage à l’eau de javel puis pose d’un enduit à base d’eau bouillie et de savon noir (et d’ammoniaque si vos taches semblent inflexibles), à laisser agir plusieurs heures avant de brosser au savon et de rincer.
  • Manteau en marbre : frottez doucement avec de la laine d’acier fine imbibée d’eau savonneuse.
  • Manteau en briques : résistantes, les briques peuvent supporter l’action d’une brosse dure ! Utilisez de l’eau tiède additionnée de détergeant, de l’huile de lin ou – si vraiment les salissures vous résistent et avec beaucoup de prudence ! – de l’acide chlorhydrique. Appliquez enfin une cire incolore pour les protéger.

Redonner de l’éclat aux plaques en fonte

On a tendance à les négliger, mais elles aussi méritent votre attention : les plaques en fonte de votre cheminée !

  • Commencez par faire un sort aux dépôts de suie en vous armant d’une brosse métallique. Éliminez aussi la rouille qui les attaque parfois en appelant pour cela, à la rescousse, un tampon abrasif ou… un demi-oignon !
  • Badigeonnez ensuite vos plaques d’huile et laissez agir 48 heures.
  • Et pour encore plus d’éclat : polissez vos plaques avec un chiffon imprégné d’huile de vaseline.

Astuce : vous constatez que vos plaques perdent en noirceur ? Saupoudrez, sur un chiffon préalablement imbibé d’huile, de la poudre de graphite… et servez-vous en !

Vider le cendrier de la cheminée

Vous voyez le petit tiroir sous le foyer de votre cheminée ? Il s’agit de son « cendrier ». Son rôle ? Recueillir la cendre pour faciliter l’entretien de sa cheminée et limiter la dispersion des cendres fines dans la maison.

C’est aussi par lui que passe l’air qui facilite la bonne combustion du bois : il faut donc le vider régulièrement pour qu’il puisse assurer cette fonction ! Le must : fignoler le travail avec balayette et pelle, voire aspirateur…

Le ramonage

Le ramonage, quant à lui, n’est pas une question esthétique. Il en va tout simplement de votre sécurité et de celle de votre famille. Obligatoire au minimum 1 fois par an (mais la réglementation locale peut l’imposer 2 fois par an, dont 1 fois pendant la période de chauffe), il permet de limiter les risques d’incendie et d’intoxication au monoxyde de carbone.

Faire appel à un ramoneur professionnel (entre 40 et 80 €) reste bien entendu la solution la plus pratique et – sans vouloir mettre vos compétences en doute – certainement la plus sûre. Vous disposerez également, ainsi, du précieux certificat que réclament nombre de compagnies d’assurance… notamment en cas de sinistre.

Mais vous pouvez aussi envisager de vous charger vous-même de votre ramonage ! Vous utiliserez, pour cela, une brosse spéciale appelée hérisson, que vous trouverez à la vente ou à la location. Montée au bout d’un assemblage d’éléments vissés bout à bout jusqu’à atteindre la longueur désirée, elle vous permettra d’éliminer les dépôts… sans rayer la paroi interne des conduits en inox.

Comment ramoner soi-même sa cheminée ?

  1. Assurez-vous d’abord que le feu est parfaitement éteint.
  2. Videz dans un seau métallique le cendrier de la cheminée (après avoir préalablement humidifié la cendre pour éviter qu’elle ne vole).
  3. Protégez votre sol.
  4. Installez une grande bassine sous le conduit pour récupérer la suie qui tombera.
  5. Nettoyez la cheminée avec le hérisson.
  6. Utilisez balayette, pelle et/ou aspirateur pour achever le travail dans le foyer.

Attention ! La solution de la « bûche ramoneuse » à faire simplement brûler dans votre cheminée pour que les produits chimiques qu’elle contient nettoient son conduit n’est là que pour faciliter, non pour remplacer un ramonage manuel !

Pensez aussi à faire contrôler régulièrement le bon état général (et l’étanchéité !) de votre installation…

Le débistrage de cheminée

Bigre, du bistre ! Une sorte de goudron durci, qui se dépose à l’intérieur de votre conduit de cheminée… Et si tout le monde pense au ramonage, peu de personnes savent qu’il faut parfois procéder aussi à un débistrage !!!

Les dépôts de bistre, en effet, sont particulièrement dangereux : à l’origine d’incendies dans les conduits, ils doivent être éliminés sans tarder. Leurs causes ? Un conduit mal isolé ou surdimensionné, un feu régulièrement allumé trop rapidement (préférez au départ le petit bois à une grosse flambée), ou un bois résineux ou trop humide…

Quoi qu’il en soit, quand le ramonage ne suffit plus et que du bistre s’est logé là (mais également lorsque l’on souhaite installer un tubage dans un conduit maçonné), on pense débistrage !

Aussi longtemps que le dépôt est peu important, l’utilisation d’une poudre chimique spéciale débistrage permettant de ramollir le bistre peut suffire. Mais si celui-ci a eu le temps de bien s’installer, vous devrez faire appel à un spécialiste qui interviendra avec une machine électrique dédiée : la débistreuse. Avec sa tête rotative à pièces métalliques, elle viendra à bout d’environ 95% du bistre.

Notez que le débistrage est réservé aux conduits maçonnés : un tubage rigide nécessitera plutôt l’emploi d’une bûche de ramonage.

ramoneur

Prolonger la durée de vie de sa cheminée

Nettoyer sa cheminée, c’est bien. Éviter qu’elle ne se salisse trop vite, c’est mieux ! Et pour cela, il suffit de ne pas y faire brûler tout et n’importe quoi… Bannissez par exemple bois résineux, trop humides ou peints, carton ondulé, aggloméré ou contreplaqué, papier glacé et autres ordures ménagères.

Pour limiter l’encrassement de votre cheminée, pensez aussi à vérifier et, le cas échéant, remplacer régulièrement le joint de votre vitre !

Concluons par une évidence, qu’il convient tout de même de garder à l’esprit : une bonne régularité dans le nettoyage de votre cheminée devrait vous éviter de trop avoir à frotter !

 

Sommaire
Nom de l'article
Ramonage, débistrage... les 8 points d’entretien pour votre cheminée
Description
Comment entretenir sa cheminée ? Tous les points à ne pas oublier pour un fonctionnement optimal : ramonage, débistrage, cendrier, foyer...
Auteur
Nom du publieur
www.terrain-construction.com
Logo