Terrassement : qu’est-ce que le coefficient de foisonnement ?

Terrassement : qu’est-ce que le coefficient de foisonnement ?
4 (80%) 1 vote

Au moment de vouloir construire une allée, une cour, une terrasse ou en vue d’un futur chantier de construction de maison, il existe une étape préalable essentielle : le terrassement. Le sol est alors creusé et un certain volume de terre retiré. Mais une fois extrait, ce volume augmente. Les professionnels du terrassement calculent ainsi ce volume de terre à transporter à partir d’un coefficient de foisonnement.

Comprendre ce qu’est le foisonnement des terres

Lorsque le sol est remué à cause d’une excavation, le sol retiré foisonne : cela signifie littéralement qu’il prend du volume. Et selon les types de sols, la multiplication s’avère plus ou moins forte. En effet, une terre sableuse apporte beaucoup plus de volume qu’une terre argile entièrement compacte.

Ainsi, ce volume foisonné sert de base pour établir un devis dans le transport dudit matériau d’un point A à un point B. S’il doit y avoir remblaiement, le coefficient de foisonnement est particulièrement utile, car il permet d’identifier le volume exact restant après tassement des terres. Avec le coefficient de foisonnement, vous pouvez donc connaître exactement le volume de terre retiré.

À titre d’exemple, pour un trou de 10 m³ dans une terre crayeuse, le calcul est le suivant :

10 x 1.2 (coefficient prédéterminé) = 12 m³.

Vous devez donc transporter 12 m³ de terre sortie. Habituellement, le calcul du coefficient de foisonnement est la proportion de volume supplémentaire sur le volume initial. Le tout est ensuite ramené à 100.

Qu’est-ce que le foisonnement résiduel ?

Lorsque vous avez un sol à foisonner, vous pouvez le tasser avec un rouleau compresseurCe tassement artificiel va alors accroître le processus naturel de tassement du sol.

Toutefois, le volume de sol tassé est toujours moins important qu’un volume foisonné… Mais il reste plus important qu’un volume de sol en place. On appelle ce type de foisonnement, le foisonnent résiduel.

Il se calcule selon 2 techniques au choix :

  • Proportionnellement au volume de sol sur place : le coefficient est appelé coefficient résiduel.
  • Proportionnellement au volume de terre foisonnée : on parle alors de coefficient de compactage.

Réussir son terrassement

En fonction du type de terrassement que vous allez devoir effectuer, le calcul du coefficient de foisonnement ne sera pas identique. Pour rappel, le terrassement est un procédé qui permet de modeler votre terrain en créant un nouveau relief.

C’est une étape importante dans la réalisation de votre jardin, de votre cour ou de votre allée. Car elle détermine ensuite le style de l’espace. En effet, une fois le modelage de votre terrain terminé, il ne vous sera plus possible de le changer sans engager des frais importants.

Une étude préalable

Depuis l’arrêté du 15 février 2012, il est obligatoire de déclarer votre chantier avant toute intervention de terrassement, que vous soyez sur un domaine public ou privé proche d’un ouvrage aérien ou souterrain.

Si votre chantier implique un grand volume de terre à déplacer — c’est-à-dire plus de 100 m³ — vous devez alors obtenir une étude préliminaire et un plan de terrassement.

Pour un terrassement moins volumineux, une simple estimation globale suffit.

De plus, il est recommandé d’effectuer des travaux de terrassement en dehors des périodes de gel et de pluie.

Aussi, le coefficient de foisonnement s’avère primordial lors du calcul de votre terrassement, car il définit le nombre de camions de terre à évacuer, le volume de terre végétale à faire livrer, etc. Plus votre terre est sableuse, plus le coefficient est faible. Et plus votre terre est humide et argileuse, plus le coefficient est élevé.

Les terrassements en amont

Le retroussement

On parle de retroussement quand on désire conserver une terre mise en place de bonne qualité.

Vous devez alors décaper une couche de terre arable entre 30 et 40 cm de profondeur et la stocker sur place.

Ce volume peut être réutilisé et déposé dans une fosse pour les arbres, derrière un muret ou sur une zone pour regarnir votre gazon.

Le remblai et le déblai

Ce type de terrassement consiste à creuser et à déblayer le niveau au-dessus des niveaux définis pour votre projet. Vous devez ensuite remblayer les niveaux trop bas.

Le but de ce terrassement est d’équilibrer convenablement les volumes pour limiter les évacuations de terre en décharge ou les apports de terre extérieure.

Le talus

Cet autre type de terrassement est relativement difficile à entretenir et parfois dangereux. Il faut alors prendre en compte le degré ou le pourcentage d’une pente.

À titre d’exemple, une pente de 50 % correspond à un dénivelé de 50 m pour 100 m de long. Il est essentiel de ne pas dépasser la pente maximale et prendre en compte la nature du sol ainsi que sa stabilité.

Prévoyez aussi des plantations et une toile de paillage pour retenir au maximum la terre déposée.

La fosse de plantation

Réussir un terrassement pour une fosse de plantation vous permet d’ameublir votre sol en vue de l’installation de végétauxVous pouvez aussi creuser et évacuer de la terre qui s’avère de mauvaise qualité afin de la remplacer par de la terre arable.

À titre d’exemples, votre terrassement idéal nécessite un trou de :

  • 1.50 x 1.50 x 1,50 m pour un arbre
  • 0.60 m de profondeur pour un arbuste
  • 0,60 m x 0,60 m pour une haie
  • 0.40 m pour un rosier ou des plantes vivaces

coefficient de foisonnement

Les terrassements complémentaires

3 types de terrassement entrent dans cette catégorie.

Le décaissement de circulation

La profondeur du décaissement dépend du type d’allée choisie et de sa nature… Allée piétonne, circulation pour véhicules lourds, route pour véhicules légers, etc.

Les fondations

Les constructions (murs, murets, escaliers, murs de soutènement, etc.) nécessitent d’être ancrées dans le sol.

Les dimensions pour le terrassement sont alors calculées en fonction du volume de la construction.

La tranchée

Ce type d’excavation est destiné à recevoir les réseaux enterrés :

  • Collecte des eaux pluviales : une excavation profonde entre 0.90 et 1,20 m est nécessaire.
  • Collecte des eaux usées : profondeur entre 0,90 m et 1,20 m
  • Gaines électriques : 0,60 m
  • Gaines de téléphone : entre 0.30 et 0,50 m
  • Eau courante : entre 0,90 m et 1,20 m
  • Gaz : entre 0.30 et 0,50 m
  • Arrosage de jardin automatique : entre 0.30 et 0,50 m

Les coefficients de foisonnements en terrassement

Comme nous l’avons vu, en fonction de la nature de votre sol, du matériau utilisé et de la finalité de votre terrain, le coefficient de foisonnement est différent.

Voici un tableau récapitulatif en fonction des matériaux.

Matériaux Coefficient de foisonnement
Terre végétale 1,42
Pierres concassées 1,67
Ciment 3
Argile, sable argileux 1,25
Gravier 1,12
Tourbe 1,18
Sable 1,12
Terre sèche 1,25
Granit fragmenté 1,64
Enrobé 1,09

Il faut garder à l’esprit que les coefficients de foisonnent indiqués sont susceptibles de varier si le matériau en question est mouillé ou sec.

Pour déterminer précisément le volume du matériau foisonné, on utilise une formule mathématique, à savoir :

Vf = Vp x Cf

Vf : volume foisonné

Vp : volume initial ou en place

Cf : coefficient de foisonnement.

Concrètement, voici un exemple pour illustrer le propos.

Pour évacuer 5 m³ de pierres concassées, le volume foisonné est le suivant :

5 x 1.67 = 8,65 m³.

Il importe alors de louer ou de faire appel à un camion qui peut transporter au minimum 8,35 m³.

En somme, le foisonnement des matériaux est essentiel pour l’étude de la faisabilité de votre chantier. Car dans le transport et dans le terrassement, la différence de volume entre matériaux foisonnés et matériaux non foisonnés peut être significative.

Sommaire
Nom de l'article
Terrassement : qu'est-ce que le coefficient de foisonnement ?
Description
Trouvez dans cet article tout ce qu'il faut savoir sur le coefficient de foisonnement dans le cadre du terrassement de votre terrain.
Nom du publieur
www.terrain-construction.com
Logo