Comment savoir si un terrain est constructible ?

campagne

Ça y est ! Vous en êtes persuadé, vous l’avez trouvé. “Lui”, c’est le terrain de vos rêves. Celui que vous espériez depuis si longtemps, celui qui répond à toutes vos attentes. Vous y imaginez déjà l’implantation de votre maison. Mais êtes-vous sûr qu’il soit bien constructible et qu’il est en phase avec votre projet ? A priori, il n’y a aucune raison que ce ne soit pas le cas, mais mieux vaut en être certain.

Consultez impérativement les documents d’urbanisme

C’est la toute première démarche à effectuer. L’idéal est de vous déplacer jusqu’au service Urbanisme de votre commune. Vous pourrez alors demander à un agent de regarder avec vous l’emplacement de votre terrain sur le Plan Local d’Urbanisme (PLU).

Vérifiez que celui-ci ne soit pas situé en zone “N” dite naturelle ou en zone agricole. Dans ce cas, vous devrez vous lancer à la recherche d’un autre terrain. Néanmoins, il est possible qu’une partie reste constructible. Il faudra alors s’assurer que cette surface est assez grande pour accueillir votre bâti.

A noter : la plupart des communes ont désormais rendu ces éléments accessibles en ligne.

Les documents d’urbanisme vous fourniront également d’autres informations précieuses, comme le type de bâtiments autorisés, les caractéristiques de constructions acceptées (matériaux, hauteurs maximales…), les distances à respecter avec les propriétés voisines, etc. N’hésitez pas à demander à votre mairie ou communauté de communes un Certificat d’Urbanisme. Il vous apportera toutes les données dont vous aurez besoin. Sa validité est de 18 mois.

cadastre

Vérifiez la nature du sol

Cette fois, vous en avez le coeur net. Par rapport à la réglementation en vigueur, le terrain qui vous a séduit est bien constructible. Mais pour bâtir votre maison, encore faut-il savoir si celui-ci est apte à supporter les fondations de la construction. Il est par conséquent nécessaire d’avoir une idée du type de maison que vous envisagez. Par exemple, prévoyez-vous ou non un sous-sol ? Si oui, celui-ci est-il semi-enterré ?

Ces éléments ont leur importance. On ne construira pas de la même façon sur un terrain à dominante argileuse ou sur un terrain pierreux. A vous de voir si votre projet de maison est en adéquation avec l’inclinaison et la qualité du sol ou si vous allez devoir adapter votre construction au terrain choisi. Connaître la nature du sol vous permettra par ailleurs de mieux anticiper et évaluer le coût du terrassement et des fondations. Attention, la facture peut passer du simple au double ! Pour être totalement serein et si un doute persiste, faites appel à un géomètre qui pratiquera un sondage précis du sol sur plusieurs mètres de profondeur.

Le terrain est-il viabilisé ?

Après ces étapes, nous vous conseillons également de vous renseignez sur les réseaux auxquels ledit terrain est ou non déjà raccordé : eau potable, électricité, gaz, tout à l’égout, téléphone. Cette question n’est pas anodine, car le raccordement à ces réseaux a un prix, qui est d’autant plus significatif si vous en êtes éloigné. Bien entendu, si votre terrain est en lotissement, le problème ne se pose pas.

D’autre part, pensez également à contrôler les accès voirie qui mènent à votre futur terrain. En effet, des engins de chantier et camions de livraison auront forcément besoin d’y parvenir. Si l’accès n’est pas approprié, des aménagements seront à prévoir (déboisement, dépierrement…). Ces arguments sont d’ailleurs à faire valoir lors de la négociation d’achat. En fonction, n’hésitez pas à vous en servir pour diminuer le montant initial si ce dernier vous paraît trop élevé.

Maintenant il ne vous reste plus qu’à déposer votre demande de permis de construire. Nous croisons les doigts pour vous. Petite précaution et non des moindres : sachez que vous pouvez, pour plus de sécurité (c’est même grandement recommandé), introduire dans le compromis de vente une condition suspensive qui rendra l’achat du terrain définitif une fois le permis de construire obtenu. Certes, cela rallonge la durée de la procédure de vente mais constitue une protection supplémentaire pour l’acquéreur.