Quelle hauteur pour son mur de clôture : réglementation

Hauteur Mur Clôture
Quelle hauteur pour son mur de clôture : réglementation
4 (80%) 1 vote[s]

Vous voulez délimiter votre terrain, le sécuriser, mais aussi vous protéger des regards. L’édification d’une clôture est la solution. Toutefois, sa mise en place ne s’improvise pas. C’est un projet soumis à des réglementations notamment en ce qui concerne sa hauteur. Quelles sont les règles, les exceptions ? Que faut-il faire en cas de conflit avec le voisinage ?

Clôturer son terrain

La clôture

Une clôture délimite un terrain et en empêche l’accès. Sa forme, ses dimensions et les matériaux utilisés sont très variés. Ainsi, des murs, des palissades, des treillages, des grilles ou grillages, des portails, des arbres ou des arbustes peuvent la constituer. Il existe également des clôtures séparatives ou mitoyennes :

  • Les clôtures séparatives doivent être érigées en retrait de la limite séparative située entre les deux terrains. En cas de terrain non borné, il est bon de faire appel à un géomètre pour le délimiter.
  • Les clôtures mitoyennes sont réalisées sur la limite séparative entre les deux propriétés. Les frais de construction, d’entretien et de réparation sont partagés entre les deux voisins. Avant de se lancer dans sa réalisation, une convention de mitoyenneté peut être établie chez le notaire.

La liberté de clôturer

Tout propriétaire a le droit de clore sa propriété selon l’article 647 du Code civil. Son terrain peut être en zone rurale, urbaine, être bâti ou non. Il peut décider de le faire du jour au lendemain même si celui-ci a été longtemps dépourvu de clôture. Notez également qu’un terrain peut rester ouvert en milieu rural. Cependant, il doit être clôturé en milieu urbain s’il est occupé par des habitations. C’est la règle dite de la «clôture forcée».

mur de clôture réglementation hauteur

Les réglementations à suivre pour ériger son mur de clôture

Se renseigner auprès de la mairie

Vous ne pouvez pas toujours faire ce que vous voulez en matière de clôture. Tout ce qui la constitue est en effet encadré soit par un plan local d’urbanisme (PLU), soit par le plan d’occupation des sols (POS) de la commune, soit par le règlement national d’urbanisme (RNU) si la commune concernée ne dispose pas d’un PLU ou d’une carte communale. 
Ces documents fixent toutes les règles permettant de délivrer un permis de construire ou d’aménager notamment.

Pour définition, le PLU détermine l’affectation des sols d’une commune en découpant le territoire en plusieurs zones :

  • La zone « U » : les constructions sont autorisées en respectant les règles.
  • La zone « N » : les constructions sont interdites (sauf exception), car ce sont des zones naturelles.

Matériaux, hauteur, dimensions de votre clôture, si votre projet respecte le PLU ou le RNU, il pourra (sauf exception) voir le jour. 

De ce fait, il faut se renseigner auprès du service urbanisme de la mairie de sa commune pour savoir ce qu’il est possible de faire. Vous pouvez également consulter en ligne le géoportail de l’urbanisme. Créé en 2016, il accueillera en 2020 tous les documents d’urbanisme et les servitudes d’utilité publique de l’ensemble des collectivités françaises.

Les servitudes de voisinage

Selon la configuration des terrains, il se peut qu’il y ait une possibilité de passage de votre voisin sur le vôtre. En effet, si celui-ci possède une propriété enclavée, il peut disposer d’une servitude de passage. Le titre de propriété la mentionne. Dans ce cas, vous pouvez construire un mur de clôture en y aménageant une porte pour que ce droit soit respecté.

hauteur mur de clôture réglementtion

La réglementation concernant la hauteur de votre mur de clôture

La hauteur du mur de votre clôture peut varier d’une commune à l’autre. Le PLU ou la carte communale en fixe les détails. Dans le cas d’une propriété située dans un lotissement, le règlement intérieur de celui-ci entre en jeu.
Si aucun document ne précise la hauteur envisageable, il faut se référer à l’article 663 du Code civil. Elle y est fixée à 2,60 m pour des communes de moins de 50 000 habitants et à 3,20 m pour des communes de plus de 50 000 habitants. 

Notez qu’une clôture végétale doit aussi répondre à des règles fixées par la réglementation locale ou l’article 671, 672 et 673 du Code civil. Ainsi, la plantation devra être distante de 50 cm de la limite séparative située entre les deux terrains si elle est inférieure ou égale à 2 mètres et être éloignée de 2 mètres si elle est supérieure à 2 mètres. La distance de plantation se mesure depuis la limite séparative partageant les deux terrains jusqu’au centre de l’arbre. Des cas particuliers existent pour une clôture placée à proximité d’une route, d’une voie de chemin de fer, d’un cours d’eau, de lignes électriques ou de conduites de gaz et d’eau.

Attention, si vous dépassez la hauteur maximale du mur, vous ne pouvez pas remblayer votre terrain pour qu’elle soit respectée. La hauteur se mesure à partir du niveau d’origine du terrain sur son point le plus haut.

La procédure à suivre avant de réaliser son mur de clôture

Tenir compte de son voisinage

Le mur de clôture ne doit pas constituer une gêne pour votre voisinage ni un danger (fil barbelé). Il ne peut le priver de soleil par exemple. Même si elle est séparative et reste dans la limite de votre propriété, il est bon de parler de votre projet avec les voisins concernés. Bien entendu, les choix esthétiques vous appartiennent et ne peuvent être contestés ! 

hauteur mur de clôture réglementation voisins

Faire une demande préalable de travaux

Il n’est pas nécessaire d’effectuer une demande de permis de construire. Par contre, si vous comptez réaliser un mur d’une hauteur supérieure ou égale à 2 mètres, il faut effectuer en mairie une déclaration préalable de travaux. Celle-ci est obligatoire si votre terrain se situe proche d’un monument historique ou d’un site classé ou en passe de l’être. 

Dès lors, vous devrez envoyer un formulaire spécifique (Cerfa n° 13703-06) et un certain nombre de documents par courrier recommandé avec avis de réception en deux exemplaires. La mairie vous enverra ensuite un récépissé indiquant un numéro d’enregistrement et la date à partir de laquelle vous pourrez commencer les travaux. Le délai d’instruction est de 1 mois à partir de la date de dépôt de votre demande. La durée de validité de la décision est de 3 ans (prolongeable de 2 fois 1 an).

En cas de refus de la mairie

Vous pouvez lui demander de revoir sa position dans les 2 mois. Puis, en cas d’échec de votre requête, vous pouvez sous les 2 mois saisir le tribunal administratif par lettre recommandée avec avis de réception.

À noter : si vous n’avez pas de réponse de la mairie au terme du délai d’instruction (1 mois), voyez cela comme une absence d’opposition à votre projet.
Demandez-lui tout de même une attestation de non-opposition à la déclaration (pour pouvoir faire valoir vos droits par exemple).

hauteur mur de clôture loi

Que faire en cas de conflit avec un tiers ?

Ériger un mur de clôture est un droit soumis à une réglementation nationale et/ou locale. Cependant, même en suivant la loi, il existe des possibilités de contestation avec le voisinage. Que faire quand celui-ci arrive ?

La contestation de votre ouvrage par un tiers

À la suite de l’obtention de l’avis favorable de la mairie, vous devez mettre en place un affichage sur votre terrain pendant la durée du chantier. Vos voisins (par exemple) peuvent s’y opposer pendant 2 mois à compter de cet affichage. Et déposer un recours auprès de la mairie puis des tribunaux administratifs. Votre voisin peut aussi refuser de participer à la construction d’un mur mitoyen, mais vous pouvez l’y contraindre.

La procédure à engager dans un contexte de mitoyenneté

Dans un premier temps, il faut discuter avec vos voisins, car les magistrats cherchent toujours le consensus entre les deux parties. Rappelez-lui que selon l’article 663 du Code civil, il est possible en zone urbaine de contraindre son voisin à contribuer aux réparations, à l’entretien et bien sûr à la construction d’un mur.

Puis, précisez-lui que selon l’article 656 du Code civil, il peut aussi renoncer à sa mitoyenneté. De ce fait, vous pouvez ériger le mur de clôture, mais sans sa participation financière.

Si rien n’y fait, vous pouvez saisir le tribunal de grande instance qui désignera un expert pour établir le projet. Au préalable, adressez à votre voisin un courrier recommandé avec avis de réception. Vous y décrivez votre projet et le coût supporté par les deux parties, devis à l’appui.

Par ailleurs, vous pouvez aussi décider de construire un mur sur votre propriété et détruire la partie mitoyenne existante jusqu’à la limite de votre propriété.

La demande de dommages et intérêts

Votre voisin peut vous attaquer prétextant que le mur de votre clôture porte préjudice à l’ensoleillement de son terrain ou à sa vue. Il peut réclamer des dommages et intérêts ou la démolition de votre ouvrage. Si sa demande est inférieure à 4000 €, il aura recours à un juge de proximité. Jusqu’à 10 000 €, ce sera au juge d’instance de trancher. Au-delà de cette somme au tribunal de grande instance (avec représentation par un avocat obligatoire).

Hauteur d’un mur de clôture mitoyen ou privatif, choix de ses matériaux, de son implantation. La construction d’un tel ouvrage nécessite de respecter des réglementations. Discuter de son projet avec le voisinage favorise leur approbation, mais ne préserve pas de la survenue de recours légaux éventuels.

Sommaire
Nom de l'article
Quelle hauteur pour son mur de clôture : réglementation
Description
La construction d'un mur de clôture ne s'improvise pas. Sa hauteur, son emplacement, les matériaux utilisés doivent respecter des réglementations.
Nom du publieur
www.terrain-construction.com
Logo