Utiliser les énergies renouvelables pour sa maison : comment faire ?

énergies alternatives

Vous avez dans l’idée d’utiliser les énergies renouvelables dans votre maison ? Qu’il s’agisse de produire votre propre électricité ou de chauffer habitation et/ou eau sanitaire, de nombreuses solutions existent : eau, soleil, vent, biomasse, géothermie… La nature regorge d’énergies qu’il ne tient qu’à nous d’exploiter, y compris en tant que particuliers. Certaines possibilités sont très convaincantes. D’autres, peut-être, un peu moins. Quoi qu’il en soit, voici un petit tour d’horizon des possibilités avec, pour chacune, leurs avantages et inconvénients.

Panneaux solaires : la chaleur et la lumière du soleil

Avec le solaire, on peut tout faire ! Production de chaleur ou d’électricité : il faudra simplement choisir entre solaire thermique et panneaux photovoltaïques à installer sur votre toit.

Le solaire thermique

Si certaines maisons peuvent aujourd’hui être chauffées grâce au soleil sans qu’il soit nécessaire de débourser le moindre centime (vive les conceptions bioclimatiques avec isolation, ouvertures et orientation optimisées !), cela reste encore exceptionnel. Le soleil devra généralement passer par des panneaux installés sur le toit pour que l’on puisse le considérer comme un moyen d’ajouter quelques degrés à la température de sa maison.

Objectif des panneaux solaires thermiques, donc : chauffer maison ou eau sanitaire en profitant de l’énergie solaire. Des capteurs, fixés sur le toit, permettent de chauffer un liquide caloporteur grâce au rayonnement solaire. Celui-ci réchauffe à son tour l’eau contenue dans un ballon de stockage. En fonction de l’installation, cette eau est utilisée soit comme eau chaude sanitaire (chauffe-eau solaire individuel), soit pour alimenter des radiateurs ou un plancher chauffant.

Afin que vos panneaux soient efficaces, il faut bien entendu leur assurer un ensoleillement maximal (orientation sud, sud-ouest ou sud-est) ainsi qu’une pente optimale (entre 30 et 60 degrés). 

Le prix ? En fonction de la superficie des panneaux, du type d’équipement et du prestataire. Il faut compter entre 5 000 et 15 000 €. La fourchette est large, oui. Mais difficile d’être plus précis ici. Quoi qu’il en soit, les fabricants et installateurs prévoient une rentabilité de l’investissement en une dizaine d’années en moyenne.

panneau solaire sur toit

Panneau solaire thermique http://www.ecoden.fr

Le système solaire combiné

Il existe une solution hybride permettant de produire eau chaude sanitaire et chauffage : le Système solaire combiné (SSC). À la clé, la possibilité de chauffer près de 70 % de l’eau sanitaire pour votre famille, et de pourvoir à environ 25 % des besoins en chauffage et ce, pendant environ 25 ans (durée de vie des capteurs solaires). Attention : pour atteindre ces performances, prévoir une surface de capteurs d’environ 12 % de celle du plancher. Le SSC peut être couplé à des systèmes de chauffage et de production d’eau chaude traditionnels, mais permet de toute façon de réduire efficacement vos dépenses énergétiques.

Le solaire photovoltaïque

À la différence des panneaux solaires thermiques qui permettent de produire de la chaleur, les panneaux solaires photovoltaïques visent à fournir de l’électricité. Ils captent la lumière du soleil au moyen de panneaux de silicium fixés sur le toit ou la façade, générant ainsi un courant électrique qui se retrouve soit injecté dans le réseau de votre logement, soit récupéré pour être revendu à EDF ou à votre entreprise locale de distribution. C’est alors l’État qui fixe le tarif du kilowattheure.

Quoi qu’il en soit, vos dépenses s’en trouvent largement diminuées… A condition que l’installation soit efficace. Ce qui implique un ensoleillement optimal ! Même si les conditions météorologiques de votre région semblent parfaites, faites notamment attention aux ombres. Un arbre, une maison voisine, etc., peuvent réduire l’efficacité de l’ensemble.

Côté tarif : prévoyez entre 10 000 et 25 000 € et la possibilité d’un retour sur investissement au bout de 12 ans (8 ans pour une maison très performante). Attention : l’installation ne couvrira jamais 100 % de vos besoins en électricité. Mais il s’agit avant tout d’un geste environnemental et l’assurance, en cas de grosse augmentation du prix de l’électricité, de ne pas vous trouver trop impacté.

NB : Pour réduire votre facture d’électricité, vous pouvez adopter de nouveaux réflexes de consommation au quotidien. Pensez notamment à faire tourner vos machines les jours ensoleillés… Lorsque votre installation produit le plus !

solaire photovoltaique

Panneau solaire photovoltaïque

Les tuiles solaires

Depuis quelques années apparaissent des « tuiles solaires ». Faciles d’installation, elles s’intègrent parfaitement à l’esthétique de votre toiture pour une impressionnante discrétion.

Miniéolienne : la force du vent

Le soleil fait des miracles. Mais avez-vous pensé à utiliser la force motrice du vent ? Pour cela, une miniéolienne installée dans votre jardin ou sur votre toit sera parfaite. Son fonctionnement : en soufflant, le vent fait tourner ses pales. Celles-ci, associées à un générateur électrique, produisent un courant continu… Lui-même transformé en courant alternatif grâce à un onduleur.

Mais attention, vous ne pourrez couvrir que 30 à 50 % de vos besoins domestiques… Pour un investissement de l’ordre de 30 000 à 40 000 €. L’électricité produite sera soit utilisée directement par votre maison, soit revendue à EDF ou à votre entreprise locale de distribution. Ils vous la rachèteront pendant au moins 15 ans.

Notez aussi que le système ne fonctionne que si vous êtes exposé à des vents réguliers et forts. Et vous devrez faire au minimum une déclaration en mairie.

Côté rentabilité, il vous faudra attendre au moins 15 ans. L’idée est donc intéressante sur le plan du respect de l’environnement, mais un peu moins du point de vue de votre porte-monnaie !

éolienne

Pico-centrale hydroélectrique : l’énergie de l’eau

Troisième possibilité : l’hydraulique. Gros avantage de la pico-centrale hydroélectrique : le système. Il canalise l’eau dans une conduite pour utiliser son mouvement dans la rotation d’une turbine. Et est apte à subvenir aux besoins en électricité de toute une famille ! Mais outre le fait de devoir disposer d’un cours d’eau au débit suffisamment fort sous peine d’avoir à engager d’importants travaux, il vous faudra vous soumettre à de fastidieuses démarches administratives. Vous n’échapperez notamment pas à une étude de faisabilité et à la nécessité de demander une autorisation d’utiliser votre cours d’eau. Autorisation de plus en plus rarement accordée !

Là encore, vous pourrez soit utiliser l’électricité produite, soit la revendre. Le coût de l’installation ? En fonction des travaux nécessaires et de vos besoins, il peut largement varier. Entre 2 000 et 10 000 € par kilowattheure attendu. En moyenne, il vous faudra tout de même 20 à 30 ans pour amortir tout cela. Dissuasif si vous avez accès à une autre possibilité… Mais potentiellement intéressant malgré tout pour les personnes habitant un site isolé non relié au réseau local.

Pompes à chaleur : les calories du sol, de l’air ou de l’eau

À la fois rentable et simple d’installation, la pompe à chaleur peut (associée à une bonne isolationdiviser par 3 ou 4 les factures d’énergie. Intérêt supplémentaire : elle vous permet aussi de climatiser (avec un système réversible) votre logement. Ce type d’installation est d’ailleurs désormais le mode de chauffage le plus souvent choisi pour une maison neuve.

L’idée ? Capter et utiliser les calories de l’air (aérothermie), du sol (géothermie) ou de l’eau (aquathermie) pour chauffer votre habitation. En géothermie ou dans un circuit air/eau, une boucle d’eau chaude alimente alors plancher chauffant ou radiateurs. Pour un circuit air/air, la technologie est un peu différente. Les calories récupérées chauffent l’air en étant diffusées par un monosplit (pour une seule pièce) ou un multisplit (pour plusieurs pièces). On installe alors un groupe extérieur et un ou plusieurs émetteurs intérieurs.

Gros avantage de la pompe à chaleur : elle peut être installée soit dans un local technique, soit à l’extérieur de la maison… Et est susceptible de fonctionner partout. Même si ses performances dépendent bien sûr des températures de l’air ou de l’eau. À noter : la pompe à chaleur géothermique, qui cherche les calories à environ 60 cm de profondeur, n’est pas sensible aux températures extérieures et propose donc un rendement constant.

installer une pompe à chaleur

Pompes double service et pompes à chaleur chaudière hybride

Les pompes à chaleur offrent aujourd’hui de vastes possibilités. Il est par exemple possible, grâce à des pompes double service, de chauffer son habitation ET son eau sanitaire ! Certains modèles intègrent même directement le ballon d’eau chaude.

Les pompes à chaleur hybrides, quant à elles, permettent à une chaudière à condensation de prendre le relai lorsque le rendement de la pompe à chaleur se fait trop faible (température extérieure trop basse).

Chaudière à granulés, poêle ou insert : la combustion du bois

Dernière possibilité pour utiliser les énergies renouvelables dans votre maison : la combustion du bois. Ce dernier est en effet la première source d’énergie renouvelable en France. On pense alors chaudière à granulés, poêle ou inserts de cheminée. Vendu sous forme de bûches, granulés, plaquettes ou pellets, il peut offrir un rendement de l’ordre de 95 % avec une installation adaptée. Et il n’est pas rare désormais que ce type de chauffage permette de couvrir les besoins de toute une maison.

Alors… Chaudière, poêle ou insert ? Si la première permet à la fois d’alimenter un circuit de chauffage et de chauffer l’eau sanitaire, elle envie au poêle et à l’insert la chaleur toute particulière qu’ils diffusent… Une certaine ambiance « soirée au coin du feu ». Notez que, si la chaudière est bien sûr programmable, le poêle l’est aussi désormais. Et si ces deux installations peuvent offrir le confort d’un chargement automatique, il existe également des cheminées à insert capables d’ajouter seules une bûche dans le foyer !

Indiquer des prix serait ambitieux tant ils varient en fonction des installations. Mais vous pouvez miser sur une rentabilité allant de 5 à 10 ans.

granules pour peole

Investir dans les énergies renouvelables pour se chauffer ou chauffer son eau sanitaire, c’est bien. Beaucoup sont toutefois découragés dès qu’est abordée la question du coût. Avant de balayer d’un revers de main panneaux solaires, chaudière à bois ou tout autre système écologique, renseignez-vous sur les aides potentielles ! Crédit d’impôt, aides de l’ANAH, subventions de collectivités locales… Elles sont nombreuses. À vous de creuser !

Sommaire
Nom de l'article
Utiliser les énergies renouvelables pour sa maison : comment faire ?
Description
Retrouvez dans cet article la présentation des différentes énergies renouvelables que vous pouvez utiliser pour votre maison : solaire thermique, solaire photovoltaïque, miniéolienne, pico-centrale hydroélectrique, pompe à chaleur.
Nom du publieur
www.terrain-construction.com
Logo